Fluctuat nec mergitur

930x,1926-Le-remorqueur-du-champs-de-Mars,Par

« Fluctuat nec mergitur », la devise de Paris.

Le sens en est « Il est battu par les flots, mais ne sombre pas ».
Actuellement je me sens très fluctuat après les évènements de vendredi 13.

Je suis parisienne, je suis née à paris et j’y ai vécu 49 ans,  j’ai habité durant 10 ans, Paris XX iéme à 25 mètres de la rue Alibert, où je faisait mon marché le dimanche matin.
Le Petit Cambodgien et le Carillon sont des endroits que je connais bien.

Je réfléchis comme beaucoup de personnes avec une boule au plexus,  j’ai  pourtant beaucoup de chance car aucun de mes amis ont péri.
Un flot de souvenirs reviennent dans ma tête , je pense aux mamans que j’ ai côtoyé durant des années, Latifa, Fabienne, Rose marie, Véronique, aux thés et gâteau partagés, aux fêtes anniversaires, aux fêtes rituelles du vendredi soir chez Sébastien et Christel mes voisins du dessus, au directeur de l’école élémentaire de la rue Vicq d’azir qui faisait du foot avec les élèves, aux gens de chez Pink Flamingo qui font les meilleures pizzas du monde, pas comme les autres, rue Bichat.
Oui ,une foule de souvenirs de ces moments de vie dans ce quartier que j’ai aimé où les nationalités et les religions se mélangent, me reviennent.

Je lis l’inquiétude des gens, je vois notre peine et je me trouve dans un paradoxe étrange entre le désir de continuer à rire, de ne pas avoir peur et celui de dire cette peine et de faire une pause.
Nous avons tous le droit d’exprimer à notre manière cette tristesse.

Certains aussi sont dans le déni, d’autres dans la colère , d’autres continuerons à défendre des causes en surfant sur ces événements, d’autres penseront connaitre la vérité vraie, d ‘autres auront peur longtemps, et beaucoup connaitront comme moi une peur face à l’amalgame et face à une montée du nationalisme.
Dans la région où je suis, parfois on est pas tendre avec les gens qui viennent d’ailleurs,
parce que chacun s’invente des frontières imaginaires.

Je note au passage qu’ en français contre veut à la fois dire tout prés et très opposé.

J’ai envie de ce temps, pour pleurer, pour penser aux personnes qui sont mortes , pour penser aux familles qui n’ont pas eu ma chance, pour donner du sens à nos mots pour nos enfants,  pour prendre conscience encore plus sur ce que nous avons à changer pacifiquement dans notre société, pour réfléchir aux mots humanité et laïcité, pour apprendre encore plus le vivre ensemble, pour ne plus avoir à cacher de ne pas être du coin pour avoir du travail et pour d’autres choses encore…

Parce que nous sommes dans le même bateau.

Pour aussi…Essayer de retrouver de l’insouciance à vivre.

Parce que justement  Fluctuat nec mergitur.

100_1463

100_1459

100_1457

100_1460100_1472

 

Publicités

Partir et Revenir….

shot_1433336858091

Parfois le temps passe si vite que l’on a du mal à se poser pour écrire,
le temps file comme l’eau des rivières, l’année est presque passée sans que je passe ici.
Il y a eu pèle-mêle, un long métrage, des pubs, deux documentaires, un film de mon ami Yacine Sersar contre monsanto, des créations pour le théâtre, des événements par ci par là, des masques de théâtre et une multitude de petites et grandes choses.
La vie quoi?

shot_1434448210601

J’ai aussi fait quelques créas maisons, ici des teintures Procion réactive à froid, elles sont connus dans le monde entier pour leurs couleurs subtiles et leurs mélanges infinis sur les matières naturelles .

costume

Il y eut des apprentissages, des prises de position et des voyages aussi, des retrouvailles, des nouveaux amis, des lieux et des gens inspirants à photographier…

shot_1439561187740shot_1439481072835

Et des musics….

 

 

 

 

 

 

 

AMSHA LE FILM

amsha
Le 19 Février
FIN IMMINENTE DE LA CAMPAGNE DE LA RÉCOLTE DES DONS

Si ce n’est déjà fait, il est encore temps de nous rejoindre et de contribuer à l’émergence d’ « Amsha – de la Peur à la Joie ». Un projet de film documentaire totalement indépendant qui sera diffusé gratuitement sur internet, avec la participation de Laura Uplinger, Pierre-Yves Albrecht, Jacques Collin, Christine Louveau, Jacques Antonin, Michel Odent, Tal Schaller et Johanne Razanamahay.

A ce jour, le projet en est à 69% et il ne reste seulement que 5 jours pour participer !

http://www.kisskissbankbank.com/amsha-de-la-peur-a-la-joie

Merci de tout cœur pour votre précieux soutien ♥
KeïKo, Asokka et toute l’équipe d’Amsha.

« C’est le moment de construire le monde. Nous avons chacun la responsabilité d’une parcelle de l’univers » Christiane Singer

2015 Janvier le 30

Le jardin d'un songe

Cultiver un jardin c’ est aussi créer à mon sens, et le jardin d ‘un songe soutient une autre création , un projet de documentaire qui a du sens, alors:

Découvrez Amsha : un projet de documentaire indépendant qui a besoin de vous !

Toute l’équipe est prête à tourner, les intervenants ont réservé leur billets de train et d’avion. Il ne manque plus que vous pour nous permettre de concrétiser le tournage !

Notre projet vient d’être validé sur la plateforme de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank. À l’instant où vous lisez ces lignes la campagne a déjà commencé et durera 21 jours ! Autant vous dire que chaque minute compte et que chaque don est important !

Chacun peut participer à son niveau, ne serait-ce même qu’en relayant l’information…

Alors si vous avez le temps, n’hésitez pas à en parler autour de vous !!!

Merci de tout…

View original post 10 mots de plus