La tête dans les rayures

 

Et voilà!

 

 

Publicités

Le rouge est mis

Je continue ma promenade dans les couleurs avec ce châle, toujours pour ma première fan Pascale, il est tricoté dans une laine mérinos d’une coopérative rurale de femmes en Uruguay et encore une pelote de la ferme de la Toison douce.
Une onde de douceur pour l’hiver qui approche.
Le rouge est une couleur primaire, elle est symbole  de vie, d’amour, de passion, de désir,et de sensualité. En chine, elle est très présente lors des mariages. Dans sa symbolique négative le rouge représente la violence, la colère, il sert aussi à communiquer car on le voit de loin, il signale alors l’interdit ou le danger.
A la préhistoire, l’ocre rouge est utilisé pour certaines cérémonies.
Au moyen age, la garance est beaucoup cultivée ce qui en fait une teinte particulièrement utilisée. Cette couleur se retrouve aussi dans l armée en teintant les uniformes.
Entre combat et passion le rouge vibre.

Douceur mauve

J’aime les jolies laines douces et précieuses. Si je trouve un trait d’union entre mon métier de maquilleuse de spectacles et la création textile,  c’est la couleur.
Je tricote actuellement pour une commande de mon  amie Pascale, un bonnet dans un camaïeux de mauves, pour les connaisseuses c’est avec la laine japonaise Noro ainsi qu’une laine mohair et soie, provenant  de la ferme de la Toison Douce.
Pour les amoureux de symbolique le mauve ou violet est la couleur de l’amour de la vérité ou la vérité de l’amour. C’est aussi la couleur de la douceur et du rêve, c’est pourquoi on l’associe parfois à la mélancolie et la solitude, mais elle représente encore la couleur de l’obéissance, et celle des évêques.
En chine elle est une couleur de deuil mais également en Extrême-Orient, on attribue au violet une signification dynamique : c’est la couleur du passage du Yang au Yin, de l’actif au passif.

L’arbre à palabres

crédit : Alain Nenoff

L’arbre à palabres a  été créé dans l’ été avec mon compagnon Sébastien.
Ce land art fut fait au bord d’un lac dans le sud de la France.
Son origine vient de la lecture du texte ci-dessous.

Je ne m’intéresse pas à la façon dont tu gagnes ta vie,

Je veux savoir à quoi tu aspires,
Et si tu oses rêver de réaliser le désir ardent de ton coeur.
Je ne m’intéresse pas à ton âge.
Je veux savoir, si pour la quête de l’amour et de tes rêves,
Pour l’aventure de te sentir vivre, Tu prendras le risque d’être considéré comme fou.
Je ne m’intéresse pas aux astres qui croisent ta lune.
Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre souffrance,
Si les trahisons vécues t’ont ouvert,
Ou si tu t’es fané et renfermé par craintes de blessures ultérieures.
Je veux savoir si tu peux vivre avec la douleur, la tienne ou la mienne, Sans t’agiter pour la cacher, l’amoindrir ou la fixer.
Je veux savoir si tu peux vivre avec la joie, la tienne ou la mienne,
Si tu oses danser, envahi par l’extase jusqu’au bout des doigts et des orteils
Sans être prudent ou réaliste et sans te souvenir des conventions du genre humain.
Je ne m’intéresse pas à la véracité de l’histoire que tu racontes.
Je veux savoir si tu es capable de décevoir quelqu’un pour rester fidèle à toi-même, Si tu supportes l’accusation d’une trahison, sans pour autant devenir infidèle à ton âme.

Je veux savoir si tu sais faire confiance, et si tu es digne de confiance. Je veux savoir si tu peux voir la beauté, même lors des jours sombres
Et si tu peux trouver la source de ta vie dans la présence de cette beauté.
Je veux savoir si tu peux vivre avec l’échec, le tien ou le mien,
Et malgré cela rester debout au bord du lac
Et crier: « Oui! » au disque argenté de la lune.
Je ne m’intéresse pas à l’endroit où tu vis ni à la quantité d’argent que tu as. Je veux savoir si après une nuit de chagrin et de désespoir,
Tu peux te lever et faire ce qui est nécessaire pour les enfants.
Je ne m’intéresse pas à ce que tu es, ni comment tu es arrivé ici.
Je veux savoir si tu peux rester au centre du feu avec moi, sans reculer.
Je ne m’intéresse pas à ce que tu as étudié, ni où, ni avec qui.
Je veux savoir ce qui te soutient à l’intérieur, lorsque tout le reste s’écroule.
Je veux savoir si tu peux être seul avec toi-même,
Et si tu aimes véritablement la compagnie de tes moments vides. »
Oriah Mountain Dreamer (auteur amérindien)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons fabriqué les mobiles avec du miroir trouvé, du tissu et du papier. Nous nous sommes inspirés des drapeaux à prière porte-bonheurs tibétains. L’objectif était de créer un happening nocturne. Pour cela, nous avons éclairé l’arbre avec des néons lumière noire et nous avons choisi le blanc comme couleur dominante.
Le blanc est la synthèse de toutes les couleurs, symboliquement elle représente la pureté celle des druides et des initiés. Elle évoque la lumière et l’innocence.
Le public était guidé jusqu’à l’arbre par un chemin jalonné de galets phosphorescents.
L’illustration sonore avait été réalisée par Sébastien : superbe mix tekno-world…

Cette création aura été éphémère à cause d’un orage d’été !